Fan2polar mais pas que ...

Fan2polar mais pas que ...

BIZIEN Jean-Luc - L'évangile des ténèbres

 

 

https://static.blog4ever.com/2016/09/822461/artfichier_822461_6395732_201610260228466.jpg

 


 

Pourquoi ce livre ?

 

 

Toujours dans le cadre du challenge "Pioche dans ma PàL", ma binôme Cinnamon a eu l'idée d'exhumer ce roman. Je dis "exhumer" car il commençait à prendre la poussière depuis le temps ! J'avais commencé sa lecture il y a quelques temps déjà mais les 4 ou 5 pages lues, à l'époque, ne m'avaient pas accrochées. Ou plutôt j'avais ressenti comme un malaise, une atmosphère un peu glauque ... Mon état d'esprit du moment ne devait pas être tourné vers ce genre de lecture puisque je l'avais reposé sans chercher plus loin. Pas le bon moment ? Pas la bonne lecture ?

Je ne vais pas tarder à savoir si c'était un simple problème de timing ou quelque chose de plus profond ...

 


De quoi ça parle ?

 

 

Seth Ballahan, rédacteur en chef d'un quotidien américain, apprend que Michaël Wong, l'un de ses collaborateurs, est piégé en Corée du Nord. Face à l'absence de réaction de se hiérarchie, Ballahan voit rouge. Contre vents et marées, il décide de secourir le jeune Wong. Dans Pyongyang, la capitale fantôme où les hommes ne sont que ces ombres, il cherche de l'aide auprès de Suzan, ravissante correspondante d'une O.N.G. canadienne. C'est alors que le Mal absolu surgit : un tueur monstrueux laisse dans son sillage une longue suite de cadavres atrocement mutilés. Paik Dong-Soo, brillant militaire nord-coréen, se lance sur ses traces. Ils se retrouveront tous, à l'issue d'un parcours hallucinant, en un lieu oublié. Celui qu'annonce l'Evangile des ténèbres....

 


 

Ce que j'ai à en dire après lecture ?

 

 

Vous qui me lisez, sachez que vous êtes des chanceux ! Pas de me lire, je ne suis pas aussi imbue de ma prose que cela, quand même ... non, vous avez de la chance car je ne vais pas vous faire mon discours habituel sur l'appartenance, ou pas, au genre thriller du susdit roman ! Je vous entends souffler de soulagement à cette annonce donc je vous précise, de suite, que cette absence de débat aujourd'hui ne signifie pas pour autant que je ne vous en reparlerai pas dans un avenir proche. Allez, trêve de galéjades ! Parlons sérieusement ...

 

Je n'ai pas souvenir d'avoir déjà lu un livre dont l'intrigue se situe en Corée du Nord. Je vous précise cela car le choix du lieu joue un rôle majeur dans ce thriller. Il vous est sûrement arrivé, comme à moi, de lire un livre en vous disant que cela aurait pu se passer n'importe où. Ici, le lieu est un personnage à part entière du récit. Plus que le dépaysement géographique, c'est le dépaysement politique qui frappe de plein fouet le lecteur.

 

 

Jurassic Park. C'était le surnom donné au dernier bastion du communisme, l'ultime dictature de type stalinien de la planète.

 

 

La Corée du Nord était le pays le plus fermé du monde. Il était quasiment impossible d'y pénétrer .... et totalement exclu d'en sortir.

 

Bienvenue dans un milieu hostile où la folie des hommes s'exprime de multiples façons ! 

 

Jean-Luc Bizien a fait, à mes yeux, un choix très judicieux dans la construction de son intrigue. Il nous fait appréhender la Corée du Nord par le biais de personnages venant d'univers complètement différents. Chacun des personnages, principaux ou secondaires, ayant une vision qui lui est propre, cela évite au récit de basculer dans un jugement unilatéral, voire dictatorial. Cette richesse de points de vue nous laisse, nous lecteurs, libres de nous forger notre opinion.

Sur le fond même de l'intrigue, je ne vous dirais pas grand-chose car la mécanique est précise et en parler serait déjà vous gâcher le plaisir. Et, s'il y a une chose qui me frustre, c'est de tourner les pages en sachant ce qui m'attend ! Ayant une certaine éthique de réciprocité, je me refuse donc à trop en dire sur le fond des romans que je lis.

Sachez juste que, si l'intrigue m'a semblé confuse dans sa mise en route, très rapidement j'ai été happée par le récit. Riche en rebondissements, il laisse peu de place aux temps morts et il éveille notre intérêt de façon suffisamment soutenue pour ne pas nous laisser d'autres choix que d'avancer ...

Chaque protagoniste, méchant ou bon, prend de plus en plus de consistance au fur et à mesure que la lecture progresse nous permettant ainsi de nous immerger totalement.

 

Le plus important, dans la lecture de L'Évangile des ténèbres, est que j'ai été totalement convaincue par l'écriture de Jean-Luc Bizien. Il a su créer une ambiance, une atmosphère très particulière qui servent à merveille l'histoire qu'il nous raconte. Je vous parlais d'une première tentative de lecture et de l'impression de malaise qui m'avait empêché de pousser plus loin. J'ai retrouvé exactement ce même ressenti cette fois encore ! Mais, contrairement à la première fois, je me suis laissée prendre et j'ai accepté cette chape de plomb qui se pose parfois sur vos épaules de lecteur à la découverte de certaines scènes. L'auteur n'en fait jamais trop, il n'abuse pas de ces ambiances, il ne cherche pas à choquer pour choquer. Tout est juste, tout est utile, tout a un sens ...

 

Ce roman est un thriller, un vrai ! Jean-Luc Bizien maîtrise parfaitement sa plume avec talent. Il nous embarque dans un voyage cauchemardesque avec des étapes toutes plus marquantes les unes que les autres. Il nous amène exactement où il a décidé d'aller. J'ai aimé ce voyage, j'en ai aimé son organisation et je ferai à nouveau confiance à cet auteur pour m'embarquer vers d'autres destinations !

 

J'émettrai juste un léger bémol quant au final qui m'a laissée quelque peu sur ma faim concernant "le Chasseur". Peut-être parce que je chipote trop ...

 

 

 

 

 

Ma note : 17/20

 

 

 

 

 


 



09/11/2016
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 36 autres membres