Fan2polar mais pas que ...

Fan2polar mais pas que ...

DESJOURS Ingrid - La prunelle de ses yeux

 

 

http://static.blog4ever.com/2016/09/822461/artfichier_822461_6328938_201610163718518.jpg

 


 

Pourquoi ce livre ?

 

 

Dans le cadre du Challenge de Licorne sur Livraddict, je privilégie les romans écrits par des femmes de nationalité française et comptant plus de 400 pages afin de grapiller des points bonus ! Si je m'inspire parfois des lectures de mes co-challengers pour remplir mon "contrat" dans le genre Fantasy, en règle générale sur la partie "thriller/polar" je me débrouille toute seule ...

Pourtant, concernant La prunelle de ses yeux, je me suis laissée tenter par la chronique de Dup. Je ne connais pas Ingrid Desjours, c'est donc une bonne occasion de la découvrir ...

 


 

De quoi ça parle ?

 

Gabriel a tout perdu en une nuit. Son fils de dix-sept ans, sauvagement assassiné. Ses yeux. Sa vie... Les années ont passé et l'aveugle n'a pas renoncé à recouvrer la vue. Encore moins à faire la lumière sur la mort de son enfant. Quand un nouvel élément le met enfin sur la piste du meurtrier, c'est une évidence : il fera justice lui-même. Mais pour entreprendre ce long et éprouvant voyage, Gabriel a besoin de trouver un guide. Il recrute alors Maya, une jeune femme solitaire et mélancolique, sans lui avouer ses véritables intentions...

 


 

Ce que j'ai à en dire après lecture ?

 

 



 Je ne sais pas ce qu’il en est pour vous mais, moi, quand je commence un "thriller", j’ai toujours une légère appréhension. Il y a tellement de livres estampillés "thriller" ces dernières années que je finis par croire que c’est devenu un véritable label rouge ! Et, franchement, cette catégorisation fourre-tout finit par desservir le genre, à mon sens. Quand un lecteur lambda dit qu’il est en train de lire un thriller, on a le sentiment qu’il a tout dit. Personnellement, j’ai juste envie de lui répondre "Et … ?". Bon, j’arrête ma digression car sinon je sens bien que je vais vous perdre !!!

 

La prunelle de ses yeux n’a donc pas échappé à cette crainte et, en le refermant, j’ai vraiment envie de lui retirer son étiquette de "thriller". Ce roman mérite mieux que cela, diantre ! Ce n’est pas le chef d’œuvre du siècle, ni même de l’année, mais c’est un très bon livre qui mérite mieux que de se retrouver coincé dans une catégorie assez réductrice. Oupsss ... me voilà repartie dans le débat, désolée !

 

 

Ingrid Desjours utilise évidemment quelques ficelles du genre mais elle apporte aussi sa patte très personnelle donnant ainsi à cette "banale" histoire de vengeance une amplitude beaucoup plus grande. En distillant, au sein de son récit, quelques informations sur une étude psychologique (psychiatrique ?), en s’appuyant sur des symptômes médicaux relativement rares, elle crée un climat qui porte à réflexion.

Jusqu’à quel point l’Homme peut accepter d’obéir ? Jusqu’à quel point l’Homme peut accepter de (se) voir ?

 Le choix du titre s’explique tout au long du roman mais l'interprétation de cette expression courante évolue au fil du récit. Il est question de la relation entre un père et son fils évidemment, mais il y est aussi question de l’image que nous avons de l’Autre. L’auteure nous amène à nous interroger sur notre propre regard à l’égard des autres. Sommes-nous toujours clairvoyants envers ceux qui nous entourent ?

 

 

Quant aux personnages centraux autour desquels s’articule l’intrigue, ils sont extrêmement attachants même si cela nécessite un certain parti pris de la part de l’auteure. Je veux dire par là que j’ai parfois eu le sentiment qu’elle embellissait le tableau ! Elle nous livre d’eux une image quelque peu idyllique, je pense particulièrement au revirement du père qui, disons-le, est un gros c... au début du livre. Ce manichéisme est aussi présent dans la description (sociologique) des personnages secondaires. Tout n’est pas aussi tranché dans la "vraie vie" mais ce petit reproche ne gâche en rien le plaisir pris à la lecture de ce roman !

 

De la même façon, je ne retiendrai pas à la charge du dossier les quelques facilités prises parfois par Ingrid Desjours pour faire avancer l’intrigue.

L’intérêt de ce livre est ailleurs … Peut-être se trouve-t-il tout simplement dans la plume de l’auteure ?

 

 

Plongez-vous dans La prunelle de ses yeux et vous y verrez peut-être ce qu’il se cache dans l’œil de Ingrid Desjours … qui sait ?

 

 

 

 

Ma note : 17/20

 

 

 

 


 



28/10/2016
12 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 36 autres membres