Fan2polar mais pas que ...

Fan2polar mais pas que ...

GATTIS Ryan - Six jours

couv30821060.png

 


 

Pourquoi ce livre ?

 

J'ai souvenir d'avoir porté mon attention sur ce livre lors de sa sortie, il y a un peu plus d'un an. Et puis je suis passée à autre chose, comme bien souvent ! Le hasard d'une balade sur la toile a voulu que je croise à nouveau ce roman sur le site d'un blogueur dont j'apprécie les billets. Sûrement plus disponible que l'an passé, j'ai pris le temps de creuser un peu plus avant ...

Je ne vous referai pas mon petit laïus sur les références mises en avant par les éditeurs sur les 4ème de couv' mais, encore une fois, les trois références (The Wire, Short Cuts et Boyz N the Hood) m'ont "parlé". Et cette fois-ci, la chronique de Joyeux-drille me garantit qu'il n'y a pas "usurpation de références". Enfin, je l'espère ...

 


 

De quoi ça parle ?

 

 

29 avril-4 mai 1992.Pendant six jours, l’acquittement des policiers coupables d’avoir passé à tabac Rodney King met Los Angeles à feu et à sang.Pendant six jours, dix-sept personnes sont prises dans le chaos.Pendant six jours, Los Angeles a montré au monde ce qui se passe quand les lois n’ont plus cours.
Le premier jour des émeutes, en plein territoire revendiqué par un gang, le massacre d’un innocent, Ernesto Vera, déclenche une succession d’événements qui vont traverser la ville.
Dans les rues de Lynwood, un quartier éloigné du foyer central des émeutes, qui attirent toutes les forces de police et les caméras de télévision, les tensions s’exacerbent. Les membres de gangs chicanos profitent de la désertion des représentants de l’ordre pour piller, vandaliser et régler leurs comptes.
Au cœur de ce théâtre de guerre urbaine se croisent sapeurs pompiers, infirmières, ambulanciers et graffeurs, autant de personnages dont la vie est bouleversée par ces journées de confusion et de chaos.
Six jours est un roman choral magistral, une sorte de The Wire (Sur Écoute) transposé sur la côte Ouest, un texte provocant à la croisée de Short Cuts et Boyz N the Hood.
Un récit épique fascinant, une histoire de violence, de vengeance et de loyautés.

 

 


 

 Ce que j'ai à en dire après lecture ?

 



"Il y a une Amérique cachée à l'intérieur de celle que nous montrons au monde entier, et seul un petit groupe de gens la voit véritablement.
Certains d'entre nous sont enfermés dedans par leur naissance, ou la géographie, mais le reste d'entre nous, on ne fait qu'y travailler.
Médecins, infirmières, pompiers, flics - nous la connaissons.
Nous la voyons."

 

 

C'est cette Amérique cachée que Ryan Gattis a choisi de nous montrer dans All involved (titre original que l'éditeur français aurait dû se contenter de traduire, à mon humble avis ... Tous impliqués ...). Sans maquillage, sans fard, sans lumière avantageuse, il lève le voile sur un visage de Los Angeles où strass et paillettes n'ont pas leur place. 

En choisissant de suivre une quinzaine de personnes pendant ces six jours, l'auteur nous plonge dans un monde où aucune loi n'a plus cours, si ce n'est celle des gangs ! Et cette loi-là est certainement plus féroce, plus inhumaine, plus bestiale que n'importe quelle loi établie par ailleurs car c'est celle du plus fort, ou devrais-je dire du plus armé !

 

 

"Ce qu'il y a, à Los Angeles, c'est un mélange particulièrement toxique de citoyens aux histoires culturelles et aux systèmes de croyance singulièrement disparates, mais ce qu'il y a par-dessus tout c'est une population affiliée à des gangs hautement fragmentés, dont le nombre est évalué à 102 000 individus."

 

 

En partant d'un règlement de comptes entre bandes rivales, l'auteur nous en fait partager toutes les répercussions pour chacun des protagonistes avec en toile de fond une ville déclarée en état d'urgence et où un couvre-feu est mis en place. Cette toile de fond n'a d'ailleurs pas tant d'importance que cela, à mon sens. Effectivement, l'affaire Rodney King a été, me semble-t-il, la simple étincelle qui a mis le feu aux poudres. Mais le feu couvait déjà ... Entre un taux de chômage extrêmement élevé, une police particulièrement violente, des tensions raciales, des gangs de plus en plus puissants, la ville de Los Angeles était assise sur une véritable poudrière !

Tout cela pour vous dire que, dans le fond, le récit aurait pu se passer à n'importe quel autre moment qu'en 1992. Je pense que les événements de cette période ont nourri la réflexion de Ryan Gattis mais que son roman va beaucoup plus loin que ce simple cadre "temporel".

Il s'agit d'un état des lieux de ces quartiers où les rapports sociaux semblent complètement hors normes, où la main mise des gangs prévaut et où dès l'enfance, le destin de chacun semble tracé ...

 

Parlons maintenant de la forme !

Dans Six jours, la multiplicité des points de vue peut faire peur de prime abord. Qui est qui ? Qui fait quoi ? Qui dit quoi ? Autant de monologues que de personnages, autant de témoignages que de rôles à jouer ! Et, au final, une fresque où chacun a sa place, où tous les éléments inter-agissent, où chaque destin est déterminant ...

Il faut savoir que, en plus d'être écrivain, Ryan Gattis est un artiste, un graffeur plus précisément ... et son roman est un graff' en réalité ! En lisant Six jours, vous assisterez à la réalisation d'un graff' littéraire où chaque personnage apporte sa touche de couleur, où chaque mot livre son contour et donnent vie à l'œuvre dans sa globalité. Il faut alors prendre un peu de recul pour saisir chaque nuance, chaque teinte, chaque grain et apprécier, à sa juste valeur, le rendu final !

 

Je n'ai pas aimé ce roman, je ne l'ai pas "adoré", je ne l'ai pas dévoré ... non ! Je me le suis pris en pleine face, en plein plexus ! Je ne suis pas sortie indemne de ce roman mais que cela fait du bien !!!!

Certains personnages m'ont bouleversé, d'autres m'ont révolté, aucun ne m'a laissé indifférente ...

 

 
"La ville de L.A possède un moteur, un moteur qui ne s'arrêtera pas.
Il ne peut pas s'arrêter.
La ville est une survivante.
Elle continuera d'aller de l'avant, quoi qu'il arrive, et elle se relèvera de ces flammes, s'en relèvera de l'autre côté, et ce sera quelque chose de cassé, de beau et de neuf"

 

 

 

 

 

Ma note : 20/20 

 

 

https://static.blog4ever.com/2016/09/822461/32x32-10288.gif

 

 

J'ai partagé cette lecture avec mon Tonton'aute Arutha ...  sa chronique ICI ...

 


 

Pour ceux qui ont lu ou qui liront All involved ... vous comprendrez la "dédicace" !

 

 

https://static.blog4ever.com/2016/09/822461/All-Involved-freer-ernie-graffiti.jpg

 

 

 








29/10/2016
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 36 autres membres