Fan2polar mais pas que ...

Fan2polar mais pas que ...

GIEBEL Karine - Purgatoire des innocents

 

 

couv28757061.jpg

 

 


 De quoi ça parle ?

 

Je m'appelle Raphaël, je viens de passer 14 ans de ma vie derrière les barreaux. Avec mon frère, William, et deux autres complices, nous avons dérobé 30 millions d'euros de bijoux. Ç'aurait dû être le coup du siècle, ce fut un bain de sang. Deux  morts et un blessé grave. Le blessé, c'est mon frère. Alors, je dois chercher une planque sûre où Will pourra reprendre des forces.
"Je m'appelle Sandra. Je suis morte il y a longtemps dans une chambre sordide. Ou plutôt, quelque chose est né ce jour là..."
Je croyais avoir trouvé le refuge idéal. Je viens de mettre les pieds en enfer.
"Quelque chose qui parle et qui marche à ma place. Et son sourire est le plus abominable qui soit..."

 


Ce que j'ai à en dire après lecture ?

 

 

 

Karine Giebel et moi, c’est une histoire compliquée ! Nos rapports sont assez récents et pourtant il y a déjà entre nous une sorte de passif. Tout a commencé avec Meurtres pour rédemption, puis il y a eu Juste une ombre, et aujourd’hui Purgatoire des innocents

 

Avec le premier, je découvrais l’auteure et je dois dire que la prise de contact ne s’est pas très bien passée, du moins dans les 150 premières pages. Le style m’agaçait, le personnage féminin principal ne m’était pas du tout sympathique, la trame du récit ne me passionnait pas vraiment. Et puis, je ne sais pas ce qu’il s’est passé, je me suis laissé prendre et j’ai refermé le roman avec une petite boule au ventre. Une impression somme toute agréable, celle d’avoir été transportée au milieu d’une histoire, aux côtés de personnages de fiction, certes, mais très attachants !

Quand j’ai commencé le second, j’étais somme toute confiante, je n’allais pas en terre inconnue cette fois. Et patatras, même agacement quant au style, même aversion pour la femme - encore – au centre de l’intrigue, même difficulté à trouver de l’intérêt à l’histoire ! Ayant en tête mon expérience du premier roman, j’ai continué ma lecture. Et j’avoue que, même si je n’ai pas retrouvé l’émotion ressentie la fois précédente, j’ai passé un agréable moment.

 

Avec Purgatoire des innocents, j’avais dans l’idée de me faire un avis  "définitif". "J’aime ou j’aime pas Karine Giebel" mais que les choses soient claires, que diantre ! Une dernière tentative en quelque sorte …

Et bing ! Le coup de cœur !!! Dès les premières pages, j’étais dedans ! Impossible de lâcher le livre ! Je l’ai avalé sans prendre le temps, comme frappée de boulimie !

 

Le style qui m’agaçait ? Un véritable plaisir de lecture cette fois ! Pourtant, je reconnais bien sa patte à la Karine - haché, rapide, syncopé – mais cette fois, je me laisse emporter par cette écriture quasi cinématographique. Et les images se collent à ma rétine ! Car il faut dire qu’elle n’épargne pas ses lecteurs Karine, elle ne fait pas dans la dentelle quand il s’agit de planter le décor, l’ambiance. C’est violent - certains diront dérangeant – c’est oppressant – certains penseront étouffant – c’est dérangeant  – certains déclareront malsain – et, vous savez quoi, certains auront raison ! Mais que c’est maîtrisé, sacrés vingt dieux !

 

Quid des personnages ? Stéréotypés au possible ! Si, si sans rire … Mais cela fonctionne parfaitement ! Ou plutôt – car cela reste mon avis et il est donc très subjectif – cela a parfaitement fonctionné avec moi ! Le voyou au cœur tendre, la femme soumise à un pervers pédophile, la gamine victime mais combattante, le sadique manipulateur … Beaucoup de clichés me direz-vous, et pourtant cela ne m’a pas gênée, à aucun moment ! Prise dans le tourbillon imaginé par l’auteure, je n’avais qu’une envie, celle de savoir comment tout cela allait se finir. Même si je le savais, si je le sentais …

 

D’habitude, je suis assez sévère sur les fins "pressenties", j’aime quand les auteurs arrivent à me surprendre, à m’amener là où je ne pensais pas me retrouver. Dans Purgatoire des innocents, Karine Giebel ne m’a pas surprise et j’ai envie de dire "Heureusement !". J’ai aimé la fin qu’elle a imaginée, j’ai aimé que cette histoire finisse comme je l’avais imaginé … j’ai aimé que nous soyons d’accord, Karine et moi, sur la fin que méritait ce roman !!!

 

Je ne sais pas encore ce que sera mon prochain Giebel mais je suis sûre que l’histoire n’est pas finie, Karine ! À très bientôt, promis ...

 

 

 

 

 

 

Ma note : 18/20

 

 

 


 



29/12/2016
11 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 38 autres membres