Fan2polar mais pas que ...

Fan2polar mais pas que ...

LEMAITRE Pierre - Cadres noirs

 

 

cadres.png

 

 


 

Pourquoi ce livre ?

 

Lorsque j'ai découvert Pierre Lemaitre, avec son dernier roman Trois jours et une vie, mon engouement a été tel que j'ai lu 3 ou 4 de ses livres à la suite. Je suis un peu monomaniaque parfois, je sais ! Bizarrement, à cette époque, Cadres noirs est resté sur la touche. Peut-être parce que je n'arrivais pas à me retirer Saumur de la tête et que je n'avais aucune envie de lire un récit se déroulant dans le monde équestre ! Je plaisante ... quoiqu'il n'est pas faux que la ville du Cadre noir me soit venue à l'esprit à la lecture du titre !

Sans le challenge de  Kyra "Pioche dans ma PàL" sur Livraddict, il se serait sûrement passé un moment avant que je me décide à lire ce roman. Ma binôme, Cinnamon, ayant jeté son dévolu sur lui, la décision ne m'appartient plus ...

 


 

De quoi ça parle ?

 

 

Alain Delambre est un cadre de cinquante-sept ans anéanti par quatre années de chômage sans espoir.
Ancien DRH, il accepte des petits jobs démoralisants. À son sentiment de faillite personnelle s’ajoute bientôt l’humiliation de se faire botter le cul pour cinq cents euros par mois…
Aussi quand un employeur, divine surprise, accepte enfin d’étudier sa candidature, Alain Delambre est prêt à tout, à emprunter de l’argent, à se disqualifier aux yeux de sa femme, de ses filles et même à participer à l’ultime épreuve de recrutement : un jeu de rôle sous la forme d’une prise d’otages.
Alain Delambre s’engage corps et âme dans cette lutte pour regagner sa dignité.
S’il se rendait soudain compte que les dés sont pipés, sa fureur serait sans limite.
Et le jeu de rôle pourrait alors tourner au jeu de massacre.

 

 


 

Ce que j'ai à en dire après lecture ?

 

 

Faire rimer thriller avec chômeur, voilà l'idée de départ de Pierre Lemaitre dans ce roman. Le chômage longue durée, qui plus est celui des seniors, est un sujet qui, malheureusement, a encore de beaux jours devant lui au vu de la conjoncture économique actuelle. Il n'est pas le premier à avoir pensé que la longue descente vers l'exclusion vécue par ceux qui perdent leur emploi à un moment de leur vie où tout semblait pourtant acquis - femme, enfants, boulot - pouvait donner lieu à une intrigue digne d'intérêt. J'ai souvenir d'avoir lu, il y a une quinzaine d'années, Le couperet de Donald Westlake (que je vous recommande de lire, soit dit en passant ...). Ce roman noir traitait du même thème, un cadre supérieur au chômage, déterminé à retrouver son statut social et qui, pour cela, est prêt à tout.

Mais revenons à Cadres noirs !

 

 

S'il y a une chose que j'aime particulièrement dans ce roman, c'est la capacité de l'auteur à nous faire réfléchir à un quotidien que nous finissons par ne plus voir. Régulièrement, les chiffres du chômage nous sont livrés aux infos. Tellement régulièrement d'ailleurs que l'information à peine entendue, elle part aux oubliettes ! Pour la grande majorité, dont je fais partie, ce ne sont plus que des chiffres, qui peuvent même parfois prêter à sourire quand un candidat à la présidentielle en fait un cheval de bataille. Je souris parce que j'ai accepté ! Accepté que, tout comme le trou de la Sécu, le nombre de chômeurs augmente sans faillir !!! Très égoïstement, je ne veux pas voir que, derrière ce chiffre, il y a des gens qui s'enlisent peu à peu - perte de confiance en soi, surendettement, éclatement de la cellule familiale - des hommes et des femmes qui ne sont plus qu'une statistique aux yeux de ceux qui "travaillent". 

 

 

Pour ceux qui ne sont pas directement concernés, le chômage, c'est un bruit de fond. Et un jour, alors que personne ne s'y attendait, le chômage a sonné à notre porte.

 

 

Pierre Lemaitre fait sortir son personnage principal de cet anonymat en lui donnant la parole. Et ce que nous découvrons c'est un homme blessé, atteint dans sa dignité, à la limite de la rupture.

 

En quatre ans, à mesure que mes revenus se sont liquéfiés, mon état d'esprit est passé de l'incrédulité au doute, puis à la culpabilité, et enfin au sentiment d'injustice.

 

 

L'auteur a construit son récit en 3 parties. Avant, pendant, après ...

Avant et après, c'est la voix du cadre quinquagénaire que nous entendons. Pendant, la parole sera donnée à un autre acteur du drame qui se noue, celui que l'on pourrait nommer "le méchant" en faisant preuve d'une certaine subjectivité.

Difficile de ne pas trop vous en dire sur la construction du récit sans vous gâcher le plaisir de la découverte ! Car, si ce n'est pas un roman d'action à proprement parler, il n'en reste pas moins que l'auteur sait ménager le suspense et nous surprendre avec des rebondissements. La métaphore qui me vient à l'esprit pour résumer ce livre est "qui est l'otage de qui ?".

 

En conclusion, je dirais, qu'encore une fois, Pierre Lemaitre a su retenir mon attention. Et, même si certains choix du protagoniste m'ont paru "stupides", j'ai ressenti une réelle empathie pour cet homme qui se bat pour retrouver sa place, auprès des siens et dans la société. Sa place dans le "cadre" en quelque sorte ...

 

 

 

 

 

 

Ma note : 16/20

 

 

 

 


 



05/11/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 36 autres membres