Fan2polar mais pas que ...

Fan2polar mais pas que ...

TEAN M. Julia - Résilience

 

 

 

couv65624656.jpg

 

 


 

Pourquoi ce livre ?

 

Ce livre n'avait aucune chance d'attirer mon attention pour une raison toute bête, son nombre de pages. Moins de 150 pages ! En tant que lectrice, c'est pour moi un critère, certes très subjectif, mais néanmoins rédhibitoire. Alors comment ce petit livre a-t-il atterri dans ma PàL ? Tout simplement par l'entremise de la chronique de Tautiton, un membre de Livraddict. Si j'apprécie de suivre ses "tribulations" sur le forum, il n'en reste pas moins que nos lectures sont quelque peu différentes. D'où l'éveil de ma curiosité quand j'ai lu son enthousiasme au sujet de ce roman ! Engouement d'autant plus suspect qu'il s'agissait d'une "lecture de commande" ... J'ai toujours un doute sur la sincérité des avis des lecteurs qui participent à des "partenariats" !

C'est pourquoi j'ai décidé de vérifier par moi-même l'authenticité de la qualité de Résilience ...

 


 

De quoi ça parle ?

 

Pour ses dix-neuf ans, Vincent s’est offert un parricide. Il a tué son bourreau.  Mais peut-on vraiment se libérer de l’emprise du Mal ? Peut-on se reconstruire après avoir subi le pire ?  Incarcéré,  Vincent doit affronter ses démons, apprendre à se connaître et s’accepter… pour atteindre la délivrance, sa résilience.

 

 


 

Ce que j'ai à en dire après lecture ?

 

 

Faculté à "rebondir", à vaincre des situations traumatiques. La résilience est la capacité pour un individu à faire face à une situation difficile ou génératrice de stress. En psychologie, le concept de résilience ou "l'art de naviguer entre les torrents", est introduit en France par Boris Cyrulnik.

 

 

Voilà la première définition que vous obtiendrez en cherchant dans le célèbre moteur de recherche le mot "résilience" ! Dès lors, je peux vous affirmer que le roman de Julia M. Tean porte admirablement son titre. Des situations traumatiques, génératrices de stress, le jeune protagoniste en a connues bien plus que ce qu'il est possible d'imaginer avant d'en arriver à commettre l'innommable, un parricide.

Le roman commence par la fin. Vincent, 19 ans, a tué son père. Pire, devant la personne en charge de l'interroger, il n'éprouve aucun regret, aucun remord. Cela devrait faire de lui un être abject, sans pitié, sans aucune compassion pour la vie d'autrui, non ? Comment justifier un tel acte, une telle barbarie ? Surtout qu'il refuse de donner une explication, qu'il est prêt à accepter les conséquences de son acte sans attendre aucune circonstance atténuante de la part de la société ...

 

 

En moins de 150 pages, l'auteure va nous faire entrer de plain-pied dans la vie du meurtrier (?). Elle ne va rien nous épargner des brutalités physiques, des maltraitances morales subies par ce jeune adulte depuis sa plus tendre enfance. Quelque soit votre sensibilité, vous ne ressortirez pas indemne de ce roman noir, violent, bouleversant et pourtant miroir d'une réalité pas aussi éloignée de nous que nous le voudrions !

L'enfance maltraitée, l'homophobie ne sont pas des sujets qui appartiennent au passé. Tous les jours, des "parents" font subir à des innocents sans défense des atrocités que notre conscience se refuse à imaginer et tout cela dans l'indifférence générale, ou presque. Julia M. Tean a choisi de nous mettre face à nos responsabilités, de nous bousculer pour nous faire réagir. Impossible de rester de marbre face à de tels abus, de telles injustices ! Résilience est aussi une dénonciation de notre société qui se refuse à voir ce qu'il se passe sous ses yeux, à mon sens. Comment le corps enseignant ou médical (Vincent souffre d'une malformation qui nécessite des séjours en milieu hospitalier) n'ont-ils pas vu que cet enfant était le punching-ball d'un père sadique, le laissé pour compte d'une mère veule et complice ? Comment de tels professionnels ont pu laisser cette victime subir de tels sévices sans intervenir ?

 

 

 

Derrière toute cette noirceur, il y a cependant une lueur d'espoir dans ce livre ! L'amour ...

Mais, même cette lueur va devoir se battre pour exister, pour ne pas être soufflée par le vent de la haine ! Et si cet espoir était la raison du passage à l'acte, cela justifierait-il le geste meurtrier de la victime devenue bourreau ?

La réponse m'appartient, comme à chacun des lecteurs qui ont lu, ou liront, ce roman. Une des choses qui me font aimer lire se trouve être ce moment particulier où je suis face à moi-même, face à mes doutes, mes certitudes et que je suis amenée à réfléchir sur ces "autres" qui m'entourent ...

 

 

 

Résilience est un petit livre par sa taille mais un grand roman par la réflexion qu'il impose ! Je ne peux que vous conseiller de lui accorder un peu de votre temps ...

 

 

 

 

 

 

Ma note : 18/20

 

 

 


 

 



06/11/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 38 autres membres